La mer est ton miroir ; tu contemples ton âme dans le déroulement infini de sa lame, [...] Charles Baudelaire .................................... Copyright © GeoMar

 

 

 

Calendrier

Publié par Georges M.

Article 245

 

 

La Grande Guerre !...

 

 

Il y a cent ans !

 

Le 2 août 1914...

 

               Ils étaient trois frères qui vivaient modestement et paisiblement leurs vies de labeur, en famille à la campagne, en Bretagne du côté de Kergoat, dans le département français du Finistère...

L'Allemagne déclare la guerre à la France...

 

René Marchalot

René Marchalot

  Mon grand-père René et ses deux frères sont mobilisés le 5 août 1914.  Ils y laisseront leurs vies... Jean le 27 septembre 1914, René le 14 juillet 1915, Jacques le 5 septembre 1916...  Photo coll. G.Marchalot.

 

245 -  Des Bretons parmi tant d'autres frères d'armes... 02/08/1914, Guerre 14-18, in memoriam...

L'Ordre de Mobilisation Générale

publié le dimanche 2 août 1914

245 -  Des Bretons parmi tant d'autres frères d'armes... 02/08/1914, Guerre 14-18, in memoriam...

      Les trois frères de gauche à droite, René, Jacques, Jean... (Collection J.P. Marchalot)

245 -  Des Bretons parmi tant d'autres frères d'armes... 02/08/1914, Guerre 14-18, in memoriam...
Jacques Marchalot

Jacques Marchalot

Jacques Marchalot  28 ans

Mort pour la France

1888-1916

 

 

 

245 -  Des Bretons parmi tant d'autres frères d'armes... 02/08/1914, Guerre 14-18, in memoriam...
Jean Marchalot

Jean Marchalot

Jean Marchalot 29 ans

Mort pour la France

1885-1914

 

 

245 -  Des Bretons parmi tant d'autres frères d'armes... 02/08/1914, Guerre 14-18, in memoriam...

    Les oubliés de Saint-Nic...

  Il aura fallu plus de 103 années écoulées avant que l'on inscrive le nom de mon grand-oncle, Jean Marchalot, sur le monument aux morts de Saint-Nic ainsi que ceux de trois autres compagnons d'armes...

245 -  Des Bretons parmi tant d'autres frères d'armes... 02/08/1914, Guerre 14-18, in memoriam...

Monument aux morts de Saint-Nic dans le Finistère (France)

 

245 -  Des Bretons parmi tant d'autres frères d'armes... 02/08/1914, Guerre 14-18, in memoriam...
René, photo collection G.Marchalot.

René, photo collection G.Marchalot.

René Marchalot  32 ans

Mort pour la France

1883-1915

 

 

Photo collection G.Dehem.

Photo collection G.Dehem.

Mon grand père, René, tué par les Allemands le 14 juillet 1915 au bois Baurain dans la Marne...

 

Pierre Marchalot 1914-2008

Pierre Marchalot 1914-2008

              Mon père Pierre né le 7 décembre 1914 aurait bien aimé le connaître...

 

Parmi les 9,7 millions de soldats tués durant

la guerre 14-18,

125 070 Bretons sont morts pour la France !

 

- Dis-papa!... ça sert à quoi la guerre?...

- La guerre ?... Il ne faut pas y penser !

Apprends plutôt ta géographie...

 

           Principaux conflits dans le monde en 2014... sans compter les attentats terroristes...

Pour plus d'informations cliquer sur le lien suivant vers Wikipédia...

Pour plus d'informations cliquer sur le lien suivant vers Wikipédia...

 

René Marchalot en 1911 avec sa fille Catherine

(Coll. G. Dehem)

 

         René Marchalot naît le 29 mars 1883 à Treuscoat vian, Cast. Il est le troisième enfant, et le premier fils de René, alors âgé de 30 ans et de Marie TANGUY, âgée de 26 ans.

         Il se marie à Cast le 15 novembre 1909 avec Marie Jeanne MAUGUEN, née elle aussi à Cast le 18 mars 1886. Ce même jour est célébré le mariage de Marie-Jeanne et de ses deux soeurs, Catherine et Marie-Anne.
         Après leur mariage, ils aménagent dans une maisonnette à Kerho, où naît leur premier enfant, Catherine, le 23 septembre 1910. René est alors domestique à Pennarun. Un an plus tard, ils déménagent à Kerinvel. René devient domestique à Keroriou. A Kerinvel vont naître leurs deux garçons, Jean le 14 mars 1913, et Pierre le 7 décembre 1914, alors que la guerre a déjà bien commencé.

          René rejoint le 5 août 1914 le 2ème colonial à Brest, laissant sa femme enceinte de 5 mois.

*

*  *

Cliquer sur le lien ci-dessous pour découvrir l'excellent travail de mémoire d'Yveline le Grand sur les 89 poilus de Quéménéven.

 

Un grand merci à Yveline le Grand !

Georges

 

Comme si la Guerre n'avait pas suffisamment détruit

durant ces quatre années !...

 

La grippe  1918-1919

 

(Plus de 60 millions de morts de par le monde : voir)

 

1886-1955

     Ma grand-mère, Marie-Jeanne Mauguen, veuve (à 29 ans) de René Marchalot sera contaminée en 1918 à l'age de 32 ans mais s'en sortira...

    La grippe de 1918, surnommée en France " grippe espagnole ", est due à une souche (H1N1) particulièrement virulente et contagieuse qui s'est répandue en pandémie de 1918 à 1919 dans tous les pays du monde au retour de leurs soldats qui avaient combattu en Europe dans cette guerre mondiale pour la défense des libertés après l'agression de l'Allemagne !...

Ci dessous : autre vidéo sur la grippe espagnole de 1918 par Franceinfo

Histoire : la grippe espagnole, plus meurtrière que la guerre !

        Il y a un siècle, la grippe espagnole faisait bien plus de morts que la Première Guerre mondiale. Une grippe extrêmement contagieuse et virulente qui a touché toute la planète. Retrouver toutes les infos sur la vidéo sur : https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/grippe/histoire-la-grippe-espagnole-plus-meurtriere-que-la-guerre_2693572.html

 

11 novembre 2015,

 

L’ouvrage d'Yveline Le Grand, sur les soldats de Quéménéven, morts pour la France, est paru

couverture

Découvrez la Grande Guerre à travers les témoignages de 89 soldats.

Véritable prolongement de l’exposition sur les Poilus de Quéménéven, organisée en novembre dernier, voici le livre mémorialretraçant le parcours des soldats de Quéménéven, morts pour la France.

Ces parcours sont replacés dans le déroulé de la Grande Guerre, une manière de connaître différemment cette période dramatique de notre histoire, et de conserver la mémoire de ces soldats.

Cet ouvrage de 187 pages est édité en nombre limité, et vendu au tarif préférentiel de 25 euros jusqu’au 11 novembre 2015.

L’ouvrage est disponible à la mairie ou à la poste de Quéménéven, ou peut être commandé en complétant le bulletin ci-dessous.

Lire plus

11 heures... 11 novembre 1918...

11 heures... 11 novembre 1918...

 Aujourd'hui,   Samedi 10 novembre 2018

Il y a cent ans !...

  Demain, comme d'habitude, nous n'irons pas fleurir la tombe des maréchaux... Nous nous recueillerons, tout petits, dans la mémoire douloureuse de "Marjanik an ty gwen", notre grand-mère paternelle (Marie-Jeanne Mauguen) qui ce jour de l'Armistice du 11 novembre 1918, entendant sonner les cloches de son village breton, ne pouvant sécher ses larmes, sachant que son homme ne reviendrait plus jamais à la maison, entourant ses trois enfants de ses bras, elle leur dit ces mots simples, les seuls qui pouvaient venir à ses lèvres, elle ne parlait que le breton :

   "Ma Doue!  Echu ar brezel!  Ma faour-kaezh bugale! Katrin, Yann, Per Bihen. Na pegen trist eo!
Tadig na zeuio biken mui d’ar gêr rak marv eo du-se gant Tonton Yann ha Tonton Jakez. 
Ha penaos vo graet bremañ Gwerc’hez Vari?"
 
Traduction en français:
 
    "Mon Dieu ! la guerre est finie ! Mes pauvres enfants ! Catherine, Jean, petit Pierre. Comme c'est triste ! Papa ne reviendra pas à la maison, il est resté sur le champ de bataille avec Tonton Jean et Tonton Jacques... 
     Comment allons nous faire maintenant Sainte Vierge Marie ?...
 
*
*  *
 
   N'oublions pas que nos combattants Bretons avaient aussi laissé un très lourd tribut pendant la guerre franco-allemande de 1870 (19/07/70 au 28/01/71) parfois appelée la guerre Franco-prussienne... Voir ci-après  Le Camp de Conlie
 

Retour à l'accueil

 

Copyright © GeoMar

250 - Brigantin Tres Hombres, escale à Port-Rhu, cabotage à la voile, Douarnenez,  TOWT, Trans Oceanic Wind Transport, Voilier de travail, photos by GeoMar

La paix dans le monde et l'harmonie entre les Peuples dépendent de l'attitude des politiques qui gouvernent... La déconsidération systématique des individus, par des dirigeants politiques carriéristes cupides, est de plus en plus observée et risque de mener au pire... à moins que...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article